Libellés

Marc Troissant, Sur la Piste du Chef...

Sur la Piste du Chef...

Comme son nom l’indique, cet ouvrage n’est pas un simple roman scout à la Serge Dalens, mais un manuel de formation. Les différentes activités qui jalonnent l’année scoute y sont exposées sous la forme passionnante d’histoires vécues, vécues par l’auteur comme chef de patrouille, chef de troupe, et chef de clan.

Chef, tu trouveras dans ce manuel du chef le rôle, le devoir, les missions, et l’attitude que l’on attend du chef de troupe et du chef de patrouille ;

Simple scout, tu liras avec profit ces aventures qui se lisent comme un roman, et qui passionneront aussi les jeunes n’ayant jamais pratiqué le scoutisme ! 

A partir de 12 ans

Ref. A080  200 pages  14x20 cm.

16 € (port offert)


Général Ambert, La Commune de Paris ou Le Carnaval Sanglant

En mai 1871, l’état de Paris était pathologique. La surexcitation cérébrale des derniers mois éclatait en un immense accès. Les spectacles de la rue, les exagérations, les mensonges des journaux qui racontaient l’égorgement des prisonniers par les Versaillais, faisaient sourdre l’épouvante et la rage, entretenant la fièvre terrible de Paris.

On entendait, dans les églises transformées en clubs, des orateurs annoncer la victoire de la Commune de Marseille ou la mort de Mac-Mahon. Des escouades de femelles armées et costumées, hystériques, parcouraient les rues. Et on donnait des fêtes, on organisait des concerts. On chantait, à deux pas des morts qui tous étaient français.

Le carnaval rouge devait finir par l’orgie. Les communeux ne se faisaient guère illusion. Un mot était à l’ordre du jour de l’Hôtel de Ville : Nous nous ensevelirons sous les ruines de Paris... s’il le faut ! La dernière proclamation du dictateur Delescluze, prophétique, était : «Moscou plutôt que Sedan!» 

On comprend que “le mythe fondateur” de la Commune de Paris ait servi de laboratoire aux bolcheviks de 1917, et de drapeau (rouge) aux cocos de tout poil jusqu'à nos jours.

Réédition illustrée de l’ouvrage du général Joachim Ambert (1804-1890), tiré de ses Récits militaires. Préface de Laurent Gruaz.

A079  182 pages  14x20 cm

16 €

Paru le jour anniversaire de la Semaine sanglante = le 28 mai 2021 

René Bazin, Témoin de la Grande Guerre Tome II

Suite du Tome premier :

Pendant toute la Grande Guerre, René Bazin écrit l’éditorial du quotidien l’Écho de Paris dans lequel il communique à des centaines de milliers de lecteurs, une ou deux fois par semaine, son vaillant optimisme pour la régénération de la France ; il met la fine lame de son épée d’académicien au service de la France et de l’Église, soutenant les âmes chrétiennes qui veulent s’attacher à quelque chose de plus solide qu’un vain patriotisme républicain.

Par l’abondant courrier qu’il reçoit et qui nourrit ses réflexions – dont de nombreux exemples sont reproduits – il nous apprend beaucoup sur l’état d’esprit des combattants et la vie à l’arrière. Il insiste sur les ressources morales à préserver, sur les réformes juridiques, économiques et sociales nécessaires pour obtenir la paix civile après la victoire militaire. En rappelant les erreurs passées, il cherche à unir toutes les forces françaises et prépare une nouvelle organisation pour la France de l’après-guerre. Ses méditations sont plus que jamais d’actualité : le refus du christianisme et ses conséquences sur l’état de la civilisation ; les fautes des gouvernements sectaires qui mettent la France en péril.

A078 16x22 cm.,  332 pages. 

23 €

René Bazin, Le Défenseur de la Mission de Pékin

Le 1er juin 1900, trente marins français arrivent à la Mission catholique de Pékin, le Pé-T’ang. Commandés par le jeune enseigne Paul Henry, ils sont chargés d’assurer la protection des ressortissants français : les deux évêques, des religieux et des religieuses, auxquels se sont joints quelque 3 000 Chinois chrétiens des environs, échappés des massacres commis par les Boxers.

Le 16 août, les héroïques défenseurs du Pé-T’ang sont enfin secourus, à court de vivres. Leur vaillant capitaine est mort sur la brèche, le 30 juillet !

René Bazin a écrit sa biographie: L’enseigne de vaisseau Paul Henry, Défenseur de la Mission de Pékin. En voici les meilleures pages, propres à enthousiasmer la jeunesse devant tant de bravoure française !

A partir de 13 ans.

Ref. A 077  196 pages, 11x18,5 cm

Collection Jeanne d'Arc

13 € port offert

 

Maria-Augusta Trapp, La Famille des Chanteurs Trapp

L'histoire de la Famille des Chanteurs Trapp: cette famille autrichienne obligée de fuir son pays passé sous la botte germanique, et qui va gagner sa vie aux États-Unis en y organisant des tournées de concerts. C’est en 1948 que Maria, ancienne novice bénédictine devenue l’institutrice, puis la gouvernante, enfin la maman des sept enfants du baron von Trapp, écrivit cette émouvante autobiographie, pleine de confiance en Dieu, de fraîcheur et d’humour. Son mari, ancien héros de la Grande Guerre comme commandant de sous-marin, venait de s’éteindre à l’âge de 67 ans, la laissant mère de dix enfants.

A076  16x22 cm,  334 pages

25 € franco de port
 

René Bazin, Témoin de la Grande Guerre Tome I

Pendant les quatre années de la Grande Guerre, le quotidien l’Écho de Paris (qui tire à 500 000 exemplaires) publie en éditorial des articles de René Bazin dont la plume académique et journalistique rappelle aux soldats du front et à tous les Français de fortes pensées, dont nous pouvons affirmer qu’elles n’ont pas pris une ride depuis lors.

Cette guerre n’est pas un simple cauchemar qu’on pourra oublier quand elle sera terminée, la vie ne reprendra pas comme avant, c’est le sujet des « Vœux pour l’année 1915 » (3 janvier 1915) : « Que l’année 1915 soit l’année de la justice ! Qu’elle mette fin à deux guerres, à celle qui a commencé voilà cinq mois, et à l’autre qui est déjà longue, longue dans le passé ! (...) Il faut que la persécution (religieuse) des Français par les Français soit à jamais finie. (...) Après la guerre on ne pourra plus vivre dans la désunion comme on vivait auparavant » (1er janvier 1916).

Quatre volumes de ces éditoriaux avaient été édités pendant la Guerre, ils ont été réédités par nos soins:

Pages religieuses, Temps de paix & temps de guerre,

Récits du temps de la Guerre,
Aujourd'hui et demain, Pensées du temps de la Guerre,
La Campagne française et la Guerre.
Le présent volume présente soixante éditoriaux, restés inédits.

Ces éditoriaux suscitent à son auteur une nombreuse correspondance : soldats, officiers, agriculteurs, mères de famille ou enfants lui écrivent. Certaines de ces lettres, admirables, découvertes dans le fonds René Bazin (aux Archives départementales de Maine-et-Loire), sont publiées en annexe. 

On découvre ainsi celle inédite du Père Charles de Foucauld, datée du 25 mars 1916, et publiée pour la première fois à l’occasion de sa prochaine canonisation !

Préface de Wilfrid Paquiet

A075 16x22 cm.,  320 pages. 

23 €

Tome II  1916-1918 : A078 16x22 cm.,  332 pages. 23 €